Le coming out spirituel professionnel


Dons & créativité, Entrepreneure spirituelle / vendredi, juillet 5th, 2019

Qu’est-ce que le coming out spirituel professionnel ? C’est le fait d’assumer et d’affirmer sa philosophie de vie spirituelle dans le monde professionnel.

Que l’on soit étudiante, salariée, en reconversion, en recherche d’emploi ou entrepreneure, lorsqu’on est spirituelle c’est une partie de soi que l’on a du mal à exposer dans le monde professionnel, de peur du jugement des autres.

Pourquoi? De peur de passer pour une personne “bizarre” au mieux et “perchée” voire “folle” au pire.

Qu’est ce que le coming out spirituel professionnel ?

Lorsqu’on prend la définition de l’expression “coming out”, on la définit comme “l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre à son entourage “(source: SOS homophobie, définition).

Selon moi, quand on est spirituelle, ce n’est pas un rôle, pas un jeu ni une mode.

C’est une partie de soi, qui fait partie de notre identité. Et dans ce sens, je l’associe à une identité de genre. On ne fait pas exprès et souvent même, par convention sociale, tabou et quand dira t-on, on essaye même de s’en débarasser, pour “faire comme la norme”. Il y a tout un chemin psychologique d’acceptation, de saisir, s’intéresser et percevoir les mondes subtils.

La chasse aux sorcières et le poids des religions ayant bien alimenté les croyances, de notre inconscient collectif, vers le fait de véhiculer la peur et la bizzarerie de ce que l’on ne peut pas prouver et expliquer, la société a catégorisé les personnes spirituelles comme “en marge” de la société.

Et comme, l’un des besoins premiers de l’humain, c’est le besoin d’appartenance, on veut être accepté par la norme et le jugement moral.

C’est donc un acte de courage et d’affirmation de soi que d’assumer cette partie inhérente de soi qui peut susciter moqueries, rejets ou violences (verbales, émotionnelles ou psychologiques), de la part de certaines personnes qui ne sont pas dans cet état d’esprit ou qui sont dans la peur tout simplement.

Dans la vie personnelle, c’est ainsi, que l’on cache sa dimension spirituelle à sa famille et ses amis, à moins de grandir dans une famille qui est déjà ouverte à l’intérêt et les pratiques spirituelles.

Le coming out spirituel dans le monde du travail

Cela est d’autant plus difficile, dans le monde du travail, qu’il n’y a pas cette partie affective, que l’on connaît chez nos proches.

Le jugement de l’autre est donc encore plus méfiant, car on a peur de ne pas se faire aimer, apprécier ou plus reconnaître à sa juste valeur.

Si le monde du travail, s’ouvre de plus en plus à des courants d’éveil, en stimulant le bien être au travail, il reste une marge à reconnaître la dimension spirituelle.

Le bien être oui, la spiritualité non!

Le monde du travail qui se soucie de plus en plus du bien être au travail, tant dans le relationnel que dans l’ergonomie ou le work life balance (équilibre entre la vie pro et la vie perso), n’est pas encore prêt à sauter le pas vers l’acceptation de la spiritualité.

Pourtant le pas est infime entre le monde de l’énergétique et le monde spirituel, mais il reste encore bien ancré.

En d’autres terme, la pratique du yoga, du amma assis, de la sophrologie, des salles de relaxation ou la pratique de la méditation oui, mais faire des rituels ou allumer des bougies pour la prospérité de l’entreprise, faut pas pousser…

Faire son coming out spirituel, dans le monde du travail, c’est prendre le risque de passer pour “différente”, “bizarre” et “pas fiable”.

Une vie professionnelle en pointillé

Avec cette peur du jugement et de l’exclusion lancinante, la femme spirituelle ne peut assumer cette partie d’elle même et met un voile sur cette identité le temps de travailler.

Ce n’est vraiment pas confortable car, ce n’est pas quelque chose que l’on pose au vestiaire et que l’on reprend à la débauche. Cette dimension spirituelle, faisant partie d’elle même et notamment dans le vécu de sa sensibilité et de ses émotions, elle est sans cesse en train, de jongler, porter un masque et faire semblant, pour rentrer dans le moule.

Comment vivre l’épanouissement professionnel, si on est toujours obligée de cacher une partie de soi?

Alors, certes, il y a la solution de l’entreprenariat, mais tout le monde ne veut pas être entrepreneure.

Une autre solution est celle de se rapprocher de ses collègues de confiance.

Une autre solution, c’est de faire soi même chaque jour, des alignements énergétiques à:

  • sa vie professionnelle
  • son métier
  • sa pratique professionnelle
  • son patron
  • ses collègues
  • le lieu de travail
  • ses relations professionnelles (clients, fournisseurs, collaborateurs, équipe…)

Également, si l’espace et l’entreprise le permet c’est de “décorer” et “aménager”son espace de travail avec des bonnes énergies selon les principes du feng shui (plante verte…)

 

Le coming out spirituel dans l’entreprenariat

Le coming out spirituel professionnel peut paraître plus facile dans l’entreprenariat, car une entrepreneure “fait ce qu’elle veut”.

Mais, en réalité pas du tout. Pourquoi?

Parce que l’entreprise représente tes valeurs, ton image de professionnelle. L’enjeu de faire son coming out spirituel dans l’entreprise, c’est engager sa crédibilité, son image d’entrepreneure. Comme on l’a vu, cela n’est pas “bien vu” d’être spirituelle, ça fait encore peur à la majorité de la population. Engager son entreprise dans l’affirmation de son orientation spirituelle, c’est prendre le risque “financier” et “stratégique” d’être perçue comme entreprise bizarre ou pas fiable et ce n’est pas mieux que passer pour personne bizarre ou pas fiable. Là aussi, il y a tout un chemin psychologique d’acceptation.

Les entrepreneures spirituelles ne sont pas uniquement les personnes qui exercent un métier spirituel, ce sont également les entrepreneures de tous domaines, qui ont une orientation et philosophie spirituelles affirmées et qui mettent la spiritualité au coeur de l’exercice de leur métier.

Certaines entrepreneures spirituelles n’assument pas leur spiritualité dans leur entreprise car leurs services n’ont rien à voir avec la pratique spirituelle. Elles aussi peuvent être frustrées ou se sentir non complètes de ne pas pouvoir partager, avec leurs clients ou leurs collaborateurs, leur orientation spirituelle.

Mais, il se joue aussi un enjeu même sur les entrepreneures qui exercent un métier spirituel: la reconnaissance sociale.

Qu’est-ce que c’est? C’est par exemple, le fait d’exercer un métier spirituel mais de ne pas l’assumer dans la vie sociale. Par exemple, si tu es voyante ou médium, est ce que tu dis ce métier quand on te demande ce que tu fais comme métier la première fois que tu rencontres quelqu’un? Est ce que tes enfants indiquent “medium” à l’emplacement de profession de la mère?

Comment faire son coming out spirituel professionnel?

Autant il y a pleins d’astuces aussi mignonnes que rigolotes pour annoncer une grossesse, autant j’ai beau chercher sur Internet, je ne trouve pas d’astuces pour faire son coming out spirituel professionnel.

C’est clair, que tu ne vas pas faire une petite fête pour réunir tous tes collègues ou tes clients, pour annoncer que tu es spirituelle!

Qui se ressemble s’assemble

Les affinités sociales et les affinités de coeur font un tri sélectif par attirance vibratoire. C’est la même chose dans le monde du travail. Il y a des personnes avec qui tu te sens bien au travail, des collègues avec qui tu te sens proches? Des clients avec qui tu as un rapport privilégié? C’est avec ces personnes là que tu dois commencer.

Étape par étape

N’arrive pas un beau matin en disant, “ça te dis qu’on fasse le sabbat de Litha de ensemble?” ou “tu sais ta grand-mère veut te dire que tout va bien et que tu peux être tranquille”.

Commence par parler de choses plus “rationnelles” en utilisant plus “l’intuition” que les “guides” ou “l’énergétique” plus que “les capacités extra-sensorielles”.

Respecte le champ de perception de chacun

N’essaye pas d’expliquer ce qui est pas explicable. La plupart des personnes spirituelles veulent “enseigner”, à la mode des “gourous “spirituels (le fameux ego spirituel). Ton positionnement y fera pour beaucoup. Il y a une différence entre une personne qui se met en position de “sachant” et veut convaincre, démontrer ou persuader qu’il a la clef de la vérité et une personne qui veut juste partager un point de vue.

Mais, la spiritualité c’est avant tout une histoire de vérité personnelle et de sens propre à chacun. En PNL, il y a l’expression “la carte n’est pas le territoire” et c’est exactement cela, chacun a sa propre carte avec son propre champ de perception.

La première chose à expliquer c’est que ce sont tes croyances personnelles et que en aucun cas tu veux influencer ou démontrer, mais simplement dire un point de vue, comme toute discussion “normale”.

Utilise des indicateurs précis

Pour éviter de passer pour “bizarre”, utilise des indicateurs précis et mesurables ou du moins identifiables par des choses connues.

Le pendule utilise le “oui” et le “non”. Chacun peut voir de ses yeux les changements d’oscillation. Même si la personne ne “croit” pas, elle ne peut que constater qu’il y a un changement de mouvement.

L’échelle de Bovi et l’antenne de Lecher mesurent des fréquences qui sont des indicateurs reconnaissables.

Trouve des ressources claires (et sources reconnues) sur Internet ou des livres auxquels tu peux renvoyer les personnes intéressées.

vivre la spiritualité au travail

Mon coming out spirituel professionnel

Ce n’est que depuis peu de temps que je m’affirme en tant que Consultante Spirituelle.

Je m’éclate à aider les entrepreneures spirituelles à manifester le succès et l’abondance dans l’équilibre de leur vie professionnelle avec leur vie personnelle.

C’est la raison pour laquelle, j’oriente mon activité uniquement sur les relations entre vie professionnelle et spiritualité, en traitant des problématiques en lien à

  • l’orientation et le sens du projet d’incarnation (alignement à sa mission de vie et l’expression de son talent unique)
  • la reconversion professionnelle pour intégrer son projet de coeur
  • l’entreprenariat qui place en coeur de cible la dimension spirituelle

Ces trois domaines placent l’importance de la spiritualité en rapport avec

  • l’énergie de l’argent
  • la notion de mérite
  • la notion de réussite
  • le plaisir de vivre et d’entreprendre
  • l’indépendance aux filtres sociaux, culturels et éducatifs et l’inconscient collectif

Le monde du travail n’intègre aucunement la spiritualité comme valeur professionnelle. L’orientation scolaire, les bilans de compétences ou les entretiens annuels en entreprise occultent également cette dimension.

Dans tous les champs de la psychologie du travail et de l’insertion professionnelle, on préfère orienter sur les compétences, qualités, capacités et savoir-faire sans tenir compte de cette partie d’identité. Je n’ai encore jamais vu sur un CV le champ “capacités spirituelles” ou “expériences spirituelles”.

Le monde professionnel place, comme un sujet tabou, l’intelligence spirituelle, alors que c’est une véritable chance, un véritable atout d’alignement à soi mais également à l’ouverture aux autres. Ce qui pourrait grandement faciliter la communication d’entreprise, le management, le relationnel inter-professionnel et même les ressources humaines. Dans l’entreprenariat, le coming out spirituel permet de vivre l’alignement à son identité d’entrepreneure, son entreprise, sa clientèle et ses services et produits.

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à le partager.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À PARTAGER POUR DIFFUSER LA JOIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *