Apprendre de ses Ă©checs par le jeu🎯


Humeurs & ludo-coaching / mardi, novembre 13th, 2018

Comme moi tu es souvent tombĂ©e, mais tu t’es toujours relevĂ©e?

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort selon le dicton.

Oui, mais voilĂ , parfois la partie battante en toi en a marre de se battre.

Et comme tu es humaine, un ĂȘtre avec des Ă©motions, des sentiments, des fois (souvent) la dĂ©prime laisse place Ă  la warrior en toi.

Vivre l’Ă©chec, le reconnaĂźtre et l’accepter

MĂȘme la meilleure des femmes a des moments de “flagada”, de “down” ou de dĂ©prime. Et c’est tout Ă  fait normal.

Wonderwoman Ă  plein temps ça use le corps, l’esprit et l’Ăąme.

Dans la vie en gĂ©nĂ©rale, il y a des coup de blues, des moments oĂč l’on est plus motivĂ©e, oĂč on a plus envie d’avancer.

Mais que se passe t-il quand ce moment arrive justement, alors que tu t’Ă©tais fixĂ©e un objectif idĂ©al. Celui qui ferait de ta vie une merveille, un havre de paix?

Quand on se fixe un objectif, on est poussĂ© par un Ă©lan moteur et dynamisant que l’on appelle la motivation. En gĂ©nĂ©ral, en dĂ©but de parcours, cet indicateur Ă©motionnel qu’est la motivation est Ă  son maximum. On se sent pousser des ailes pour atteindre avec brio l’objectif idĂ©al, tant convoitĂ©.

Puis, vient le jour oĂč, patatras tout s’effondre, car cela ne se dĂ©roule pas comme prĂ©vu. Ou plutĂŽt ne se dĂ©roule pas comme, nous, on l’avait prĂ©vu. Et alors lĂ , c’est ce que l’on appelle la rĂ©action en chaĂźne

C’est Ă  ce moment lĂ , qu’en principe tu reprends en boucle, comme un leibmotiv la fameuse rĂ©plique du Cid de Corneille (pas le chanteur, hein, l’autre):

« Ô rage ! ĂŽ dĂ©sespoir ! ĂŽ vieillesse ennemie !N’ai-je donc tant vĂ©cu que pour cette infamie ?

Ou Ă©galement tu peux choisir la version Calimero: “c’est vraiment trop inzuste”

ReconnaĂźtre que l’on a Ă©chouĂ©

Oui, oui, mĂȘme si Ă  la seule lecture de l’intitulĂ©, ton ego a fait un bond de dix mĂštres, c’est bien la seule façon de surmonter un Ă©chec.

Lorsqu’on vit un Ă©chec c’est bien l’ego qui est touchĂ© en premier.

Et c’est bien lui qui se met en pilote automatique pour mener des pensĂ©es liĂ©es au manque de confiance en soi et au manque d’estime de soi.

Le fameux “pour ĂȘtre heureux vivons cachĂ©s” ne s’applique pas Ă  tous les sujets et surtout pas au dĂ©ni de soi mĂȘme.

La premiĂšre Ă©tape est donc, comme celle aprĂšs un accident: le constat.

De prĂ©fĂ©rence Ă  l’amiable, il est important de se poser pour faire un bilan de son Ă©chec et Ă©valuer la situation.

Car tu remarqueras, qu’on extrapole toujours les situations. Je ne dis pas qu’il faut minimiser pour autant, mais en gĂ©nĂ©ral, quand ça ne va pas, on a tendance Ă  en rajouter.

Faire un Ă©tat des lieux de la situation, permet de mesure “l’Ă©tendue des dĂ©gĂąts” avec des indicateurs concrets et factuels. Cela permettra de rĂ©ajuster et modifier ce qui doit l’ĂȘtre, sans forcĂ©ment tout changer.

Car oui, tu ne t’en rends pas forcĂ©ment compte, sur le moment, mais mĂȘme dans l’Ă©chec, il y a des choses de bien et tout ne va pas mal. Se poser et prendre du recul en faisant un bilan sur la situation va te permettre de pointer du doigt ce qu’il faut changer, mais Ă©galement ce que tu peux garder, car c’est pas trop mal!

Prends un exemple concret de ta vie que tu considĂšres comme un “Ă©chec” et vois ce qui n’allait pas trop mal, voire bien dans cette situation. Par exemple, si tu as Ă©tĂ© Ă©conduite par un “prĂ©tendant” aprĂšs lui avoir fait une dĂ©claration, vois que tu as eu le courage et l’audace de le faire. Il n’y a pas que le rĂ©sultat qui compte mais l’Ă©laboration de la stratĂ©gie et des actions menĂ©es Ă©galement.

Comme on dit souvent “ce n’est pas la destination qui compte mais le chemin parcouru”.

Accepter les Ă©motions

Quand on vit un Ă©chec, on passe par une palette d’Ă©motions aussi variĂ©es qu’intenses.

De la tristesse à la douleur en passant par la peur, les baromÚtres émotionnels ne sont pas épargnés.

Pour autant, aussi désagréable que ce soit, il est préférable de les accueillir au lieu de les rejeter.

Si tu as envie de pleurer, pleure. Laisse les larmes couler et Ă©vacuer ta tristesse. Si tu as envie d’hurler de colĂšre et de rage, fais le. Car si tu retiens tout, ça va te ronger de l’intĂ©rieur, de façon lancinante et silencieuse. Mieux vaut Ă©vacuer violemment une bonne fois pour toute. C’est comme pour l’Ă©pilation Ă  la cire, une bande que tu dĂ©colles d’un coup, ça fait mal sur le moment puis ta peau devient toute douce (aprĂšs le talc).

LĂącher-prise et relativiser

Une fois que tu as bien tout Ă©vacuer, tu es fin prĂȘte pour lĂącher-prise.

Personnellement, je fais des exercices de respiration et de mĂ©ditation, pour m’aider Ă  couper court aux pensĂ©es rĂ©currentes.

Évidemment, ça ne se fait pas un claquement de doigt et on ne te demande pas d’acquĂ©rir la sagesse suprĂȘme. Mais, simplement, de trouver les ressources en toi, les clĂ©s d’activation personnelle, qui te permettront de te sentir mieux.

Il n’y a que par les Ă©checs que l’on peut grandir. Ils constituent un apprentissage. Celui ou celle qui rĂ©ussit a forcĂ©ment Ă©chouer Ă  un moment.

L’Ă©chec est l’indicateur de mesure du progrĂšs. Si on ne se trompe jamais, on ne peut pas progresser.

Lorsqu’un enfant apprend Ă  marcher il tombe et puis un jour il marche. De la mĂȘme façon, pour avancer, tu tombes, tu te relĂšves et tu apprends. C’est cela qui te fait grandir.

Comment peut on apprendre Ă  reprendre confiance en la vie par le jeu?

Le jeu, quelque soit sa forme nous confronte Ă  cette dimension gagnant-perdant et nous incite donc Ă  apprendre de l’Ă©chec.

Tous les jeux ont des rĂšgles, mĂȘme le jeu libre dont la rĂšgle est d’ĂȘtre libre…

Les rĂšgles des jeux nous apprennent que l’on peut ĂȘtre soit gagnant soit perdant mais que quelque soit le rĂ©sultat, on aura profiter du jeu et de ce qu’il apporte comme valeurs, ressources et Ă©motions positives.

Sagesse: soit je gagne soit j’apprends

La fameuse citation de Mandela à toute sa place du point de vue de la perception du jeu dans le développement personnel

Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends

Dans la pratique ludique et rĂ©crĂ©ative, il y a toujours une partie d’apprentissage et de dĂ©couverte. Le jeu Ă©veille la curiositĂ©, l’exploration et l’imaginaire. On apprend toujours quelque chose en s’amusant, soit:

  •  de la connaissance pure
  •  une Ă©motion
  • une valeur
  • une croyance
  • un besoin

Les rĂšgles du jeu

Comme je dis plus haut, il y a toujours des rĂšgles dans les jeux.

La principale c’est qu’il y a des vainqueurs et des perdants. Les jeux coopĂ©ratifs sont des jeux dans lesquels il n’y a pas de dualitĂ© entre les joueurs. Ils reposent sur la cohĂ©sion de tous les joueurs ensemble qui s’allient dans le mĂȘme but: gagner le jeu.

Le jeu permet d’apprendre Ă  gagner et Ă  perdre.

Quand on pratique rĂ©guliĂšrement le jeu, on s’habitue Ă  perdre et Ă  gagner. Ainsi, quand on est en situation d’Ă©chec, on a le systĂšme de pensĂ©e adaptĂ©. On sait que c’est temporaire et que la prochaine fois, on gagnera.

Les sportifs ont naturellement ce mindset intĂ©grĂ©. Ils ont le mental compĂ©titif et la rage de vaincre mais savent bien vivre l’Ă©chec en cas de dĂ©faite. Ils sont formĂ©s et entraĂźnĂ©s Ă  cela, car le mental se travaille.

De la mĂȘme façon, les joueurs ont ce mĂȘme Ă©tat d’esprit: on joue pour gagner mais si on perd, c’est pas grave!

Se libĂ©rer de la honte de l’Ă©chec

Comme on l’a dit, c’est l’ego qui nous fait rĂ©agir instinctivement en cas d’Ă©chec. Au delĂ  de la confiance en soi, l’Ă©chec se rapporte Ă  la honte et rĂ©veille la blessure d’humiliation.

Jouer rĂ©guliĂšrement Ă  plusieurs, en partage et en convivialitĂ©, apprend Ă  bien vivre la dĂ©faite d’une partie de jeu.

Entre amis, en famille ou entre collĂšgues, le terrain convivial, du partage et de la joie, permet de “faire passer la pilule” de l’Ă©chec en Ă©tant bien entourĂ©. Comme le cerveau fait sa gymnastique par la rĂ©pĂ©tition et les expĂ©riences similaires ressenties, la pratique rĂ©guliĂšre du jeu, l’entraĂźne Ă  ressentir de la joie, mĂȘme lorsqu’on perd. Ainsi, en situation d’Ă©chec, il connectera cette sensation automatiquement.

Les jeux de mise en valeur

L’Ă©chec qui diminue la confiance en soi, appelle un besoin de se “redorer le blason”pour se sentir mieux.

Certains jeux de mises en valeur réhabilite la confiance en soi:

  • jeux de rĂŽle: on peut faire semblant d’ĂȘtre une personne charismatique, le thĂ©Ăątre ou les personnages d’univers diffĂ©rents, nous aident Ă  ĂȘtre une personne confiante
  • oracles de dĂ©veloppement personnel: ont toujours un message de sagesse qui permet de voir la lumiĂšre derriĂšre l’ombre
  • l’Ă©criture d’affirmation positives
  • loisirs crĂ©atifs des tableaux de vision
  • jeux crĂ©atifs ou DiY par la rĂ©vĂ©lation des talents artistiques du “c’est moi qui l’ai fait” ramĂšne un peu de fiertĂ©, dans les temps de dĂ©prime
  • jeux de dĂ©veloppement personnel et de connaissance de soi

À ce sujet, tu peux voir celui que j’ai crĂ©Ă© sur la mission de vie, intitulĂ© “le jeu du I Ăąme”

J’espĂšre que ces conseils t’auront permis de trouver des solutions de mieux ĂȘtre en cas de situation d’Ă©chec.

Alors, dis moi en commentaire, comment toi tu rĂ©agis en cas d’Ă©chec et quels sont Tes remĂšdes ou solutions pour sortir la tĂȘte de l’eau quand tu touches le fond?

Si tu as aimé cet article partage le il te suffit de cliquer sur le réseau social de ton choix

À PARTAGER POUR DIFFUSER LA JOIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *