Entretenir le mindset d’entrepreneure au quotidien


Entrepreneure spirituelle / jeudi, mars 12th, 2020

Entretenir le mindset d’entrepreneure au quotidien est l’une des clefs essentielles à la réussite d’une entrepreneure.

On ne le répétera jamais assez mais le succès d’entreprise repose sur 80% de mindset et 20% de stratégie.

Alors que  la plupart des futures créatrices d’entreprise et des entrepreneures débutantes se focalisent sur le “comment faire”, c’est pourtant bien le mindset qu’il faut développer en premier.

Alors, voyons, pourquoi et surtout en quoi cela consiste…

 

 

Se forger un mindset d’entrepreneure

Avant même d’entretenir un minsdet d’entrepreneure au quotidien, il faut se le forger.

Pourquoi se le forger ou se le créer? Parce que ce n’est pas forcément évident pour tout le monde et je dirais même pour la plupart des entrepreneures.

Effectivement, ce n’est pas inné de penser comme une entrepreneure, c’est de l’acquis suite à un apprentissage.

Et les conditionnements sociaux et l’inconscient collectif, ne nous poussent pas et ne nous éduquent pas à penser comme une entrepreneure.

À moins d’être issue d’une famille de commerçants ou d’entrepreneurs, c’est non seulement loin d’être évident ni même naturel.

 

La fibre d’entrepreneure

Quand je dis que ce n’est pas inné, c’est qu’aucun bébé ne naît avec la fibre “entrepreneure”, c’est son entourage, son éducation et ses intérêts qui vont l’amener à cela.

Quand tu n’es pas issue d’une famille de commerçants ou d’entrepreneurs, c’est un univers complètement inconnu.

En effet, l’école t’amène à te former pour apprendre un métier salarié, pas à être entrepreneure.

Même, dans les filières techniques ou de l’artisanat, on t’apprend des techniques et méthodes pour te faire embaucher à faire cela, pas à entreprendre (sauf en BP).

La France, en général, ne développe pas forcément “l’esprit d’entrepreneur”.

Ce n’est que très récemment qu’il y a des émissions comme “qui veut être mon associé” accessible au grand public ou des concours de mécénat et subventions d’entreprises dans les magazines.

C’est la raison pour laquelle, il est rare d’avoir des jeunes en parcours d’orientation, à 16 ans, qui disent “je veux être entrepreneur!”

Il suffit de voir les auteurs des livres sur l’entreprenariat, contrairement aux américains, on cherche les auteurs français car ce n’est pas dans notre “ADN”…

 

Un exercice quotidien

Qui dit que ce n’est pas inné, dit que c’est un apprentissage. Et qui dit que c’est un apprentissage demandera un entretien régulier et quotidien.

C’est comme un muscle. Si tu vas à la salle de sport ou que tu fais des abdos une fois par mois, il y a peu de chance que tu aies des résultats.

Le mindset d’entrepreneure, c’est la même chose, il faut se le muscler!

Nous allons voir, ci dessous comment, mais c’est déjà important d’en prendre conscience.

Créer une entreprise et être entrepreneure ce n’est pas la même chose

Avec la simplification de la création d’entreprise grâce au statut micro-entreprise et auto-entreprise, le nombre de création d’entreprise va grandissant.

Beaucoup se lancent dans la création d’entreprise, sans projet construit et concret par simple envie de LIBERTÉ.

On constate qu’il y a 4 grandes “raisons”ou “motifs” de nouveaux créateurs d’entreprise en micro-entreprise:

  • les  salariées qui veulent faire la même chose qu’elles font déjà mais en indépendant
  • les personnes qui sortent de formation diplomantes ou certifiantes et dont l’exercice se fait en libéral ou en free-lance
  • celles qui veulent vivre de leur passion (y compris les créateurs, artisans et commerçants)
  • les personnes qui veulent se trouver et s’aligner après une crise existentielle (chomage, burn out, reconversion, dépression, cancer…)

La plupart des futurs et nouveaux créateurs d’entreprise, ne se disent pas qu’ils vont apprendre à être entrepreneur et que l’entreprenariat est en soi UN VRAI MÉTIER.

La plupart se lance donc, “en apprenant” sur le tas en en faisant, non pas en tant que professionnel mais en amateur avec pour seule arme leur “intuition”.

Ils ne pensent même pas à développer ou expanser leur entreprise, mais à “survivre” pour gagner de quoi payer les factures (vois déjà le mindset dans lequel ça met)!

La réalité

Sans projet construit, sans accompagnement réel et concret à la création d’entreprise et à son DÉVELOPPEMENT (je ne parle pas de Pôle emploi!), voici ce qu’il en ressort.

Les rapports de l’INSEE montrent qu’en:

  • 2019 il y a 25% supplémentaire de création en micro-entreprise (et + 18% tous statuts confondus soit 815 300 créations au total)
  • 2017, seuls 36% des micros-entrepreneurs vivent de leur activité financièrement (toute activité confondue) et moins de 10% dans les secteurs d’accompagnement non professionnels de santé (coachs, thérapeutes…)
  • 2016, le CA ANNUEL déclaré moyen des micros entrepreneurs est de 10 000€  À 3 ans (toute activité confondue) et 4785€ À 3 ans pour les accompagnants non professionnels de santé, soit moins de 400€ par mois après 3 ans d’entreprenariat
  • l’évaluation du CA annuel va grandissant selon l’investissement de départ:”La pérennité croît avec l’âge de l’auto-entrepreneur et avec les moyens financiers au démarrage de l’activité” (source INSEE)
  • la majorité des micro-entrepreneurs vivent comme un COMPLÉMENT DE SALAIRE et non comme un revenu financier pérenne et rentable

Je n’écris pas cela pour te sapper le moral et te dire qu’on ne peut pas vivre de son activité, bien au contraire, j’en suis la preuve vivante du contraire.

Je te montre ces chiffres qui traduisent la réalité pour justement te donner un électrochoc.

Pourquoi cette réalité? Simplement parce que les créateurs d’entreprise n’ont pas le mindset d’entrepreneur et n’ont pas de projet construit.

Car on parle et voit beaucoup d’entrepreneures à succès rapide et fulgurant ou des entrepreneures à succès avec des gros CA et c’est important de montrer et dire que c’est possible MAIS que ça ne se fait pas tout seul…

 

On ne naît pas entrepreneure, on le devient et on se créer cet univers d’entreprenariat à succès.

Le déconditionnement

Alors, comment on fait pour réussir? C’est la grande question qui brûle les lèvres de la plupart des futures entrepreneures et entrepreneures débutantes.

Comme on l’a dit, la clef repose sur 80% de mindset.

Et pour cela, trois choses

  • se déconditionner
  • se forger un mindset d’entrepreneure
  • entretenir son mindset d’entrepreneure

On a vu pourquoi se forger un mindset d’entrepreneure, tout simplement parce que ce n’est pas inné et naturel.

Mais, cela ne suffit pas, il faut aussi se déconditionner, c’est à dire libérer les automatismes que l’on a acquis qui peuvent freiner le développement du mindset d’entrepreneure

1/ ne plus penser comme une salariée, un particulier, une maman (pour les mumpreneures)…

mais comme une ENTREPRENEURE.

Cela nécessite d’arrêter de percevoir la sécurité pour la prise de risque (sortie de zone de confort) dans ses actions et décisions, mais également percevoir l’argent autrement.

Le particulier/salarié pense l’argent en crédit/dépense/économie, l’entrepreneure pense l’argent en crédit/dépense/investissement.

On l’a vu dans le rapport de l’INSSE, la croissance du CA va de paire avec l’investissement de départ (et j’ajouterais régulier).

Une entrepreneure INVESTIT de l’argent pour l’évolution de son entreprise que ce soit en coaching, formation, outils, délégation de services ect…

2/ ton vrai métier c’est l’entreprenariat

Beaucoup d’entrepreneures se définissent par la pratique de leur métier: “je suis graphiste, fleuriste, hypnothérapeute, créatrice de bijoux, sage femme…”.

Or, la pratique/création/technique ne correspond qu’à 20% de l’activité.

Il y a 3 casquettes dans l’entreprenariat, définies par le rôle de la:

  •  dirigeante – celle qui dirige, fait la gestion, les prises de décision, visionnaire
  • manager – celle qui organise,  met en place une stratégie
  • technicienne – celle qui exécute, fait: la pratique avec le client

Si tu n’alimentes que la technicienne (praticienne ou créatrice), tu fais que “quand le client est là”(exécution/production). Tu utilises les outils, méthodes, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Les 80% sont menés par le développement de ton entreprise (la dirigeante et la manager), donc ton métier c’est ENTREPRENEURE avant tout.

Et c’est très important d’en prendre conscience pour faire évoluer et vivre financièrement de ton entreprise.

En te concentrant seulement sur le faire, sans faire évoluer ton mindset d’entrepreneure, tu resteras dans le “précaire” ou “complément de salaire”.

3/ les mémoires et l’inconscient collectif

Je travaille également avec mes clientes Leader de coeur sur les mémoires et l’inconscient collectif.

En effet, comme on l’a dit, ce n’est pas inné d’être entrepreneure, on le devient.

Mais également, il y a des freins posés par:

  • les mémoires karmiques, trans-générationnelles et transpersonnelles en lien à l’entreprenariat (des faillites, des dettes, des abus ect…) peuvent bloquer l’émancipation de l’entrepreneure qui est en toi
  • l’inconscient collectif formaté sur des siècles de patriarcat d’entreprise pose des croyances négatives sur le leadership masculin (en oubliant le leadership féminin). Cela peut aussi freiner et poser des résistances à ton développement d’entreprise, si tu considères le leadership ou l’ambition comme négatif. Le leadership est constitué (comme tout dans l’univers) par des énergies aussi bien masculines que féminines. Tu peux très bien entreprendre avec le leadership féminin.

 

 

 

 

10 astuces pour entretenir le mindset d’entrepreneure au quotidien

Maintenant que tu sais comment et pourquoi te forger un mindset d’entrepreneure et pourquoi te déconditionner, voyons comment entretenir ton mindset d’entrepreneure au quotidien.

Pour entretenir le mindset d’entrepreneure, tout repose sur 3 clefs essentielles:

  • se connaître
  • s’écouter
  • se poser un cadre

1/ Te connecter à ton désir ardent

Certains l’appellent la mission, d’autres l’ikigaï, d’autres le principe d’incarnation, mais quelque soit le nom que tu lui donnes, cela passe par la connaissance de TOI en tant qu’entrepreneure et ce que tu veux pour ton business (vision).

Il ne s’agit pas de développement personnel mais de développement de ta personnalité d’entrepreneure (qui n’est pas ta personalité personnelle par la séparation des énergies).

C’est important de séparer les énergies: “tu n’es pas ton entreprise”!

Alors, même si tu as fait des années de travail sur toi, de développement personnel, ce n’est pas du développement de ta personnalité d’entrepreneure.

Par exemple, beaucoup on fait l’ikigaï à titre personnel, mais as tu fais l’ikigaï d’entreprise? Si non, je t’invite à le faire en t’inscrivant au challenge des entrepreneures spirituelles.

C’est quoi la différence? L’ikigaï en développement personnel, tu peux le faire en étant salariée, fonctionnaire ou autre. Ce n’est pas dans l’intention d’un projet d’entreprise alors que l’ikigaï d’entreprise, te connecte à la raison d’être de ton entreprise, au pourquoi tu veux être entrepreneure, à la raison d’être de ton entreprise…

Quand tu es connectée à ton désir ardent d’entrepreneure, tu sais pourquoi tu te lèves le matin, tu es animée d’une puisssance qui te motive et tu te sens investie d’un message et d’un projet d’utilité à créer et délivrer au monde par le biais de ton entreprise. Ton entreprise et ta qualité d’entrepreneure ont un sens, bien au delà de “payer tes factures et boucler le mois”! Ton entreprise est un projet d’incarnation.

 

2/ Te créer un emploi du temps d’entrepreneure et t’organiser

On l’a dit en début de cet article, le mindset d’entrepreneure c’est une affaire du quotidien.

Comme on l’a dit, il y a toute une partie, dans la partie immergée de l’iceberg, qui correspond à 80% de ton activité d’entrepreneure (hors réception client).

Se poser un cadre, se structurer dans son entreprise et répéter par des rituels mindset est important.

Nous sommes des êtres cycliques qui évoluent par des rythmes. Ce n’est pas pour rien que dés la naissance, on dit de respecter les rythmes du nourrisson pour sa bonne évolution et sa croissance!

Pour respecter ces cycles, que ce soit fluide et naturel, il faut apprendre à connaître ton rythme à toi, celui qui te convient.

Il ne s’agit du temps de travail = productivité. Il s’agit de respecter tes rythmes.

La productivité est basée sur la perception du salariat qui perçoit en “le temps c’est de l’argent”.

On nous conditionne sur le temps, le mérite et la productivité alors que l’entrepreneure est sur ses propres rythmes, l’efficacité (optimisation) et le plaisir d’entreprendre.

À partir de là, tu peux créer un emploi du temps qui te convient et le maintenir. Il n’y a aucune raison que tu ne tiennes pas le rythme si c’est le tien!

Poser un cadre naturel et qui te correspond par un emploi tu temps fait en conscience, te permettra d’optimiser tes résultats.

Et cela  reste important car si tu travailles en “dilettante”, tu auras des résultats en “dilettante” CQFD! Car, se donner l’excuse de la liberté pour faire que “quand on veut” c’est simplement ne pas connaître ses cycles et rythmes naturels pour procrastiner! Il y a une différence entre “faire quand on veut” (mental) et “faire de façon adaptée et alignée à soi” (énergétique).

 

 

3/ S’entourer d’entrepreneurs

Quand on est solo-entrepreneure, on reste la tête dans le guidon. Pour peu que tout notre entourage soit salarié, tu évolues seule dans un univers que les autres ne comprennent pas forcément.

S’entourer d’entrepreneurs est important pour entretenir ton mindset, partager et parler avec des personnes qui te comprennent.

Pour cela, tu as plusieurs solutions:

  • mastermind ou groupes de travail
  • associations d’entrepreneurs en local (souvent du même domaine: association de coachs ect…)
  • clubs d’entrepreneurs en local (c’est plus des réseaux d’affaires pour chercher des contacts/clients)
  • participer à des salons de professionnels et des conférences
  • aller travailler en co-working

 

4/ Se former et se faire coacher

Comme on l’a vu l’un des principes numéro du mindset d’entrepreneure c’est d’investir. Pourtant, la majorité des futures entrepreneures et des entrepreneures débutantes pensent comme des salariées/ particuliers en voyant les économies de bout de chandelle.

Une entrepreneure est visionnaire, ambitieuse, ose prendre des risques et investit pour son succès.

Se former et se faire accompagner permet de:

  • gagner du temps – au lieu d’essayer par essai-erreur et voir ce qui fonctionne et ce qui fonctionne pas, tu as déjà les bonnes méthodes de ce qui fonctionne. Au lieu d’attendre un début de réussite en 3 ans (comme on l’a vu avec les rapports de l’INSEE, tu gagnes un temps précieux)
  • gagner de l’argent – oui qui dit investissement dit retour sur investissement! On ne se rend pas compte que faire des actions “économiques” fait perdre beaucoup d’argent ! Le nombre de cartes de visites que tu imprimes et qui te ramèneront zéro clients par exemple!
  • réajustement et ré-alignement – un coach est là pour t’aider à te ré-aligner, au lieu de rester la tête dans le guidon
  • mise en action – il ne suffit pas d’avoir les idées, la volonté, ou même savoir quoi faire, encore faut il passer à l’action pour avoir un résultat. Quand t’es toute seule, c’est la partie la plus compliquée, si t’as pas un mindset de “challengeuse”ou qui aime les défis
  • aller là où tu ne veux pas voir – un oeil objectif et séparé de ton champs émotionnel, te permet de percevoir avec objectivité et d’aller voir là où tu ne veux pas voir toute seule.

 

5/ S’informer, s’intéresser, faire de la veille d’entreprenariat

On l’a dit, ton métier numéro 1, si tu veux réussir en tant qu’entrepreneure c’est être entrepreneure!

Ce qui veut dire t’intéresser à l’entreprenariat.

Au même titre que tu recherches, te documentes, te formes sur des sujets qui t’intéressent en lien à ton métier (bien être, le développement spirituel, l’alimentation, le sport, le développement spirituel ect…) tu dois t’intéresser à l’entreprenariat.

L’entreprenariat doit faire partie de ta vie au quotidien, tu dois t’y intéresser car c’est une majeure partie de ta personnalité d’entrepreneure CQFD!

Pour cela, tu n’es pas obligée de suite d’aller t’inscrire dans une école de commerce, de gestion ou de marketing!

Tu peux simplement:

  • suivre des entrepreneurs sur les réseaux sociaux
  • t’inscrire dans des groupes Facebook d’entrepreneurs
  • lire des magazines d’entreprenariat comme “Oser entreprendre”, “Challenge”, “Croissance Plus”, Dream Or (sur l’entreprenariat spirituel), Forbes (sur l’argent et les entrepreneurs)
  • lire des livres sur l’entreprenariat (cf. ci dessous)

 

6/ Lire des livres influents, inspirants, sur l’entreprenariat et l’argent

Il y a des tonnes de livres sur l’entreprenariat (surtout écris par les américains), mais tu peux également lire des biographies sur des personnes inspirantes qui ont un mindset de leadership comme Michelle Obama, Oprah Winfrey, Hapsatou Sy, Bill Gates, Steve Jobs ect…

Sinon, voici une liste non exhaustive:

  • le Personal MBA de Josh Kaufman
  • The entrepreneur mind de Kevin D. Johson
  • Riches et influentes de Sharon Lechter
  • Leadership féminin de Eléna Fourès
  • Leaderhip féminin masterclass de Dominique Baumgatner
  • Maître de votre temps, maître de votre vie de Brian Tracy
  • E-myth, le mythe de l’entrepreneur revisité de Michaël Gerber
  • Les secrets d’un esprit millionaire de T. Harv Eker
  • Réveillez le millionaire qui est en vous de Mark Victor Hansen et Robert Allen
  • La science du succès de Napoléon Hill

7/ Organiser un calendrier éditorial et un plan d’actions commerciales et de création

On l’a dit: organiser et structurer permet d’avoir de la clarté et la visibilité qui freinent la procrastination.

Quand tu sais ce que tu as à faire, et que c’est prévu et organisé, tu as beaucoup plus de chance de mener à terme tes projets

Construire un calendrier éditorial pour ta communication et un plan d’actions commerciales et de création pour “agir comme entrepreneure” est essentiel.

C’est ça qui va faire la différence entre l’amateur qui fait “à la bonne franquette” et “à la one again” et le professionnel qui pose un cadre clair avec un objectif et une stratégie pour optimiser ses résultats.

C’est aussi pour cela qu’être entreprenure ça ne s’improvise pas et c’est un métier à part entière. Ça n’empêche pas du tout de créer une organisation et une structure flexible et inspirée.

C’est d’ailleurs ce que j’apprends à faire avec le calendrier éditorial énergétique et le plan d’actions commerciales énergétiques. Je serais ravie de t’aider à créer le tien, si tu le souhaites.

 

 

8/ Introspection, ré-alignement et remise en question

On a vu que le mindset se travaillait au quotidien. Le quotidien évolue, est impermanent et fluctuant puisqu’il suit la ligne du temps basée sur le “flow”.

En cela, une entrepreneure n’est jamais la même et est plurielle avec plusieurs facettes.

Pour rester alignée, il est nécessaire de se remettre sans cesse en question et dans une dynamique d’expansion.

Ta vision, ton pourquoi évoluent donc ton business model, ta communication, tes offres, ta clientèle cible  évoluent!

Travailler ton mindset au quotidien, te permet de ne pas favoriser la loi de l’inertie.

Pour te donner une métaphore, tu prends l’image du vélo. Quand tu commences c’est un peu difficile, puis ça roule tout seul mais si tu t’arrêtes, c’est plus difficile de repartir…C’est pareil en énergétique.

Donc, travailler un rituel mindset quotidien et te remettre en question quotidiennement, te permet de te réaligner, de t’actualiser énergétiquement.

Pour cela, tu peux faire pleins de choses, que ce soit mental, énergétique, créatif, physique ect…

  • journaling ou écriture intuitive
  • actualisations énergétiques
  • 5 tibétains
  • méditations, hypnose
  • yoga
  • EFT
  • rituels de magie…

Dans le mindset, il n’y a pas que l’entretien du mental “à aller trouver des réponses”, mais simplement connecter ce qui tu mets en joie en émettant l’intention (balade dans la nature en marche consciente, jardinage, cuisine, loisir créatif…)

 

 

9/ Gérer les coups de mou

Et comme on est pas des machines, on a des coups de mou…Et c’est normal! Le principal c’est de ne pas s’enfermer dans un cercle vicieux et de victimisation.

Un mindset d’entrepreneure ce n’est pas être sans faille et invulnérable mais, de savoir sortir des phases de victimisation, en passant à l’action pour dépasser ces phases de moins bien.

Tout le monde a des problèmes, se sent incapable, ne sait pas faire ect…Et bien si tu ne sais pas faire t’apprends, si tu n’aimes pas tu délègues et si t’as pas le temps, tu le prends (quitte à faire des nuits blanches)! Y a un moment, faut être réaliste et arrêter de pleurer sur son sort en attendant que tout se déverouille tout seul ou parce que tu demandes à l’Univers! Demande mais fais! Je sais c’est dur, mais c’est aussi ça être leader.

Donc, pour braver, les coups de mou des “moins bien en mindset”, tu peux:

  • accepter – au lieu de contrer et reconnaître ces phases de coup de mou, identifier les stress et peurs. C’est normal et c’est humain! Et cela, te permettra d’agir de façon adaptée
  • travailler avec les énergies des lunes et des saisons. Le temps faisant, nous ne sommes pas de la même humeur, au fil des jours passants. Tu peux retrouver la Moon Business, pour savoir quoi faire avec ton Business à chaque Nouvelle Lune et à chaque Pleine Lune
  • séparer les énergies. Travail régulier et quotidien d’actualisation des énergies entre ton identité d’entrepreneure/ ton entreprise/ ton compte en banque professionnel
  • s’appuyer sur des outils aidants (cf.ci-dessous)

 

10/ Des outils pour booster le mindset d’entrepreneure

Les fleurs de Bach:

Le RESCUE en cas “d’urgence” quand tu es au plus bas de ton mindset d’entrepreneure ou en cure de fond, selon ta problématique principale: olive (dynamisme), white Chesnut (sérénité), wild roste (motivation), willow (positivité), oak (prise de recul), roch rose (courage), wild oat (ambition)…

Litothérapie

Les pierres jaunes, orangées et rouges vont favorisées les 3 premiers chakras en lien avec le mindset d’entrepreneure et notamment: citrine, pierre de soleil, calcite orange, cornaline, jaspe rouge.

Mais aussi, l’agate mousse et la calédoine bleue vont te permettre de te connecter à ta propre vérité et assumer des actes authentiques avec responsabilité

Encens:

Quand tu prévois de travailler sur ton rituel mindset quotidien, tu peut brûler de l’encens d’ambre ou de musc qui vont booster les énergies de leadership

Bougies

De la même façon, tu peux brûler une neuvaine (9 jours) à l’effigie de l’animal totem du lion ou de Saint Victorien (saint Patron des commerçants et des négociants) ou celle du saint patron de ton domaine d’exercice car il y en a pour tous les métiers.

Tu peux également bruler une bougie jaune, que tu trouves en boutique ésotérique et sous laquelle tu écris ton objectif, ton intention ou ta vision d’entreprise. À la différence des neuvaines, les bougies ésotériques brûlent sur une journée!

J’espère que cet article t’auras. Si c’est le cas, n’hésite pas à le partager et si tu veux que je t’accompagne pour booster ton mindset d’entrepreneure, tu peux réserver ton appel découverte dédié aux Leader de coeur.

 

 

 

 

 

À PARTAGER POUR DIFFUSER LA JOIE

Une réponse à « Entretenir le mindset d’entrepreneure au quotidien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *