4 blocages inconscients de l’entrepreneure spirituelle 🐙


Entrepreneure spirituelle / vendredi, avril 19th, 2019

4 blocages inconscients de l'entrepreneure spirituelle

Il existe 4 blocages inconscients de l’entrepreneure spirituelle qui peuvent la bloquer dans son expansion d’entreprise.

On pense souvent Ă  travailler sur ses croyances personnelles et sa relation Ă  l’argent notamment, quand on est entrepreneure.

Mais, tenons-nous compte des blocages diffusĂ©s par l’inconscient collectif?

L’inconscient collectif dans le langage influence nos croyances et comportements

On ne fait pas attention aux mots et expressions que l’on utilise, au quotidien.

Mais, les expressions toutes faites et dictons, génÚrent dans notre inconscient collectif, une grande part de nos croyances.

C’est un peu l’influence des comportements et croyances que l’on ne choisit pas, qui nous est soumis “inconsciemment” par les utilisations du langage.

On les entend rĂ©guliĂšrement depuis que nous sommes petites et sans mĂȘme y prĂȘter attention, on y croit.

Je ne parle pas ici des mémoires inconscientes transmises au fil des réincarnations, ou transmises dans la lignée maternelle et paternelle.

Il s’agit des croyances, ou plutĂŽt ” vĂ©ritĂ©s” non vĂ©cues mais intĂ©grĂ©es par transmission de l’information dans la communication de la langue française.

Oui le langage a une grande influence sur notre inconscient et sur nos croyances.

Quand on est entrepreneure, on est soumis Ă  des blocages inconscients du langage souvent en rapport avec le travail et l’argent.

Cela est d’autant plus vrai, lorsqu’on est entrepreneure spirituelle, Ă©tant donnĂ© que nous opposons plus facilement encore, le matĂ©riel au spirituel.

Ces influences inconscientes et insidieuses du langage, peuvent complĂštement nous bloquer dans nos projets d’expansion ou de dĂ©veloppement d’entreprise.

les blocages inconscients de l'entrepreneure spirituelle

4 blocages inconscients de l’entrepreneure spirituelle

Parmi les dictons et expressions de la langue française qui peuvent nous freiner dans notre activitĂ© entreprenariale, il y a 4 expressions qui arrivent en tĂȘte de peloton et que l’on a toutes entendue.

Le temps c’est de l’argent

Cette expression reprise rĂ©guliĂšrement en politique par le “travailler plus pour gagner plus”, fixe l’entrepreneure dans une croyance limitante.

En effet, par cette influence langagiĂšre, l’entrepreneure se condamne Ă  travailler de façon acharnĂ©e pour avoir une activitĂ© pĂ©renne ou rentable.

Inconsciemment elle associe le temps passer Ă  travailler Ă  l’efficacitĂ© de rĂ©sultat.

Si bien que j’entends rĂ©guliĂšrement des entrepreneures qui:

  • prennent des clients en dehors des limites qu’elles s’Ă©taient fixĂ©es en terme d’horaires de prestation
  • rĂ©pondent Ă  des clients sur leur temps libre
  • travaillent plus de quinze heures par jours pour faire, faire et refaire

Dans tous les cas, elles ne reconnaissent plus leurs priorités en mélangeant les énergies de leurs entreprises à leurs énergies personnelles.

Elles n’arrivent plus Ă  dissocier vie professionnelle et vie personnelle, avec la peur au ventre que si elles s’arrĂȘtent, tout s’effondre.

Ce n’est pas parce que l’on travaille plus que l’on est plus productive et que l’on aura de meilleurs rĂ©sultats.

ÉnergĂ©tiquement, si tu fais alors que tu es Ă©puisĂ©e, non seulement tes actions ne seront pas “rentables” et “productives” mais en plus ton corps se retournera  contre toi.

Les rĂ©sultats ne sont pas dĂ©pendants de tes actions mais de l’Ă©nergie que tu places dans l’action.

Imagine deux secondes, si une rock star aprĂšs un show de 2 heures de concert, rentrait chez elle et recommençait Ă  danser et chanter comme une “dĂ©ratĂ©e”.

Elle a tout donné sur scÚne et quand le show est fini, elle rentre chez elle, comme tout le monde et vit sa vie de femme.

L’entrepreneure spirituelle est censĂ©e faire pareil…

L’argent ne tombe pas du ciel

Celle-ci est purement l’expression qui oppose le spirituel (le ciel) et le matĂ©riel (l’argent)

Bien ancrée dans nos mémoires, des générations et générations de françaises ont entendu cette expression, qui paye pas de mine comme ça, mais qui fait des ravages sur nos blocages inconscients.

ConcrĂštement, l’entrepreneure spirituelle gĂ©nĂšre de l’argent par ses activitĂ©s spirituelles.

Alors, comment veux tu y croire si en fond sonore voilĂ© tu as “l’argent ne tombe pas du ciel”?

Dans ce cas, il y a trois options possibles:

  • ce n’est pas une expression qui t’as marquĂ© et n’est pas encodĂ©e largement dans ton inconscient (et c’est tant mieux)
  • tu te limites dans le dĂ©veloppement de tes capacitĂ©s parapsychiques et spirituelles
  • tu te limites dans le dĂ©veloppement financier de ce que tu peux gĂ©nĂ©rer comme revenus

Dans tous les cas, cette expression provoque des peurs inconscientes inscrites dans une dualité terre-ciel.

Tu Ă©volues dans la croyance: on peut dĂ©velopper soit l’argent soit les dons spirituels mais pas les deux!

L’argent ne fait pas le bonheur

Voici, une expression qui bloque l’entrepreneure spirituelle dans sa progression et expansion financiĂšre.

LĂ  encore,  l’argent est  opposĂ© au bonheur

L’entrepreneure spirituelle qui souhaite aider les personnes Ă  aller mieux, amĂ©liorer ses conditions ou vivre une transformation bĂ©nĂ©fique, c’est -Ă  -dire tendre vers le bonheur est en totale contradiction psychique.

Si elle Ă©coute cette expression, Ă©tant donnĂ© qu’elle veut le bonheur, elle ne peut pas faire d’argent…

C’est ici encore une expression qui oppose spirituel et matĂ©riel, sagesse et argent…

À en croire cette expression, soit t’es heureuse et pauvre, soit t’es riche est malheureuse…

Les grands clichĂ©s qui peuvent agir en sourdine sur les comportements d’entrepreneure et freiner les Ă©lans d’expansion financiĂšre.

Gagner de l’argent Ă  la sueur de son front

Un petit peu comme la premiĂšre expression, celle-ci intĂšgre le travail acharnĂ© pour avoir de l’argent.

Mais, la diffĂ©rence c’est que si dans l’expression “le temps c’est de l’argent”on est sur une notion quantitative de temps, ici c’est une notion qualitative.

Il s’agit lĂ  de valeur.

En gros, si tu ne fais pas un travail acharnĂ©, si ce n’est pas laborieux, pĂ©nible et avec des efforts ce n’est pas mĂ©ritĂ©.

Le fameux “faut se battre pour y arriver”

Cette expression associe dans notre inconscient mérite, pénibilité et argent

Comme si ce ne pouvait pas ĂȘtre simple, fluide et facile!

Cette expression t’invite à  travailler au mĂ©rite. Ainsi,  la valeur de tes prestations seront le reflet de la pĂ©nibilitĂ©.

Si tu penses que c’est pĂ©nible et laborieux de gĂ©nĂ©rer de  l’argent, l’Univers te donnera satisfaction dans tes croyances et tu vas “galĂ©rer”.

Mais, la valeur d’une prestation n’a rien Ă  voir avec la pĂ©nibilitĂ© et l’effort. Ce n’est pas “plus c’est difficile, plus ça vaut cher”.

C’est Ă©galement une mĂ©moire inconsciente qui peut freiner non seulement l’expansion financiĂšre mais Ă©galement l’estime et la valeur de soi et de ses services.

 

Pour se dĂ©conditionner de ses influences bloquantes et freinant l’Ă©volution entreprenariale, on fait en accompagnement, ce que l’on appelle un dĂ©mentelement de croyances ou une reprogrammation mnĂ©sique (des mĂ©moires). Je t’invite Ă  prendre contact avec moi lors d’une sĂ©ance dĂ©couverte si tu veux que je t’accompagne Ă  manifester le succĂšs et l’abondance de ton entreprise, ici.

Dans un premier temps, le plus important est d’identifier quelles expressions rĂ©sonnent en toi, lesquelles as tu souvent entendues?

Le fait d’en prendre conscience est le premier pas vers la libĂ©ration…

 

 

À PARTAGER POUR DIFFUSER LA JOIE

11 rĂ©ponses Ă  « 4 blocages inconscients de l’entrepreneure spirituelle đŸ™Â Â»

    1. Bravo, c’est trĂšs bien dĂ©jĂ  de tenir bon. Dire non Ă  l’autre c’est souvent se dire oui Ă  soi. Moi au dĂ©but je travaillais mĂȘme le samedi, je me pliais aux horaires que les clients voulaient et pas que moi je voulais.

    2. Bonjour, je me permet:9h 19h en cabinet,whaou personnellement je trouve ça Ă©norme.J’espĂšre que ça te convient.:-)Comme dit Rebecca dire Non Ă  l’autre c’est se dire Oui Ă  soi et du coup permettre Ă  l’autre de se dire Oui aussi, quand l’occasion se prĂ©sentera.En tant que thĂ©rapeute on peut avoir du mal Ă  dire Non Ă  un patient potentiel parce qu’on se croit indispensable, comme si on Ă©tait sa seule solution.Sans compter le syndrome du sauveur.Et puis dire Oui Ă  un patient alors que l’on a envie de dire Nan peut crĂ©er une dette dans son champ inconscient….

  1. Merci pour cette article ! C’est drĂŽle parce que je m’Ă©tais fais le rĂ©sonnement ces derniĂšres semaine et j’ai vraiment tendance Ă  croire que l’argent tombe bien du ciel â˜ș

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *