Nos enfants sont nos guides đŸ§â€â™€ïž


Maman magique / mardi, janvier 15th, 2019

La vie spirituelle n’est pas indĂ©pendante de la vie quotidienne. Elle passe par le prĂ©sent, le conscient et l’expĂ©rimentation. C’est pourquoi, si l’Ăąme de nos enfant nous choisit, nos enfants sont nos guides dans l’expression de notre quotidien.

nos enfants sont aussi des guides spirituels

 

Nos enfants sont nos guides spirituels qui nous ont choisit pour nous faire Ă©voluer

AprĂšs des siĂšcles de patriarcat, qui laisse une place minime Ă  l’expression de la femme et encore plus Ă  l’enfant, il est difficile de concevoir que les enfants soient des guides.

Je sais que j’aborde dans cet article, un terrain glissant, difficilement concevable pour certains.

Nos croyances, soumises aux mĂ©moires influencĂ©es par l’inconscient collectif n’y sont pas pour rien.

Comme je l’ai dit, ce n’est que trĂšs rĂ©cemment, que l’on a considĂ©rĂ©, l’enfant comme important, que l’on a tenu compte de sa psychologie et ses Ă©motions, notamment grĂące Ă  Françoise Dolto.

Avant cela, l’enfant n’Ă©tait pas considĂ©rĂ© comme “pensant” et “ĂȘtre de sensation et Ă©motion”, si bien que l’on niait mĂȘme sa douleur.

D’aprĂšs cet historique, on nous a appris que le parent Ă©duque voire “formate” l’enfant et non l’inverse.

Alors, comment concevoir que nos enfants sont nos guides?

Par définition, un guide, est associé, dans sa connotation spirituelle, à un maßtre, un enseignant ou un sage.

Comment un enfant que nous Ă©levons et Ă©duquons peut il ĂȘtre plus emprunt de sagesse qu’un adulte?

En tant que parent, on va ravaler notre orgueil, le temps de cet article, histoire de comprendre et d’intĂ©grer…

Les guides spirituels

Tu auras remarqué, si tu me lis ou me suis sur les réseaux sociaux, depuis un certain temps, que je vis ma spiritualité pleinement mais, pas dans le concept New Age.

Je pense qu’aujourd’hui, l’ego spirituel a bel est bien sa place comme les plus grands marketteurs de la planĂšte et que certains qui se disent “guides” ou “maĂźtres” spirituels ont a peu prĂšs le mĂȘme ego qu’un magnat du pĂ©trole ou de Wall Street!

Les guides sont avant tout des “indicateurs”, ils montrent le chemin et ne donnent pas de solutions toutes faites.  J’aime beaucoup l’expression

“qu’il vaut mieux apprendre Ă  quelqu’un Ă  pĂȘcher que de lui offrir une tonne de poisson”

Pour moi, c’est un peu cela le guide. C’est celui qui t’aide Ă  dĂ©couvrir ton intĂ©rieur comme un accompagnateur, mais sans essayer de te relier ni Ă  sa cause, ni Ă  ses croyances.

Un guide n’est pas forcĂ©ment plus Ă©rudit mais il a la connaissance de la vie, de l’expĂ©rimentation.

Comme l’humain a besoin de repĂšres et de figer les choses, comme les connaissances, il colle des Ă©tiquettes.

Alors, de la mĂȘme façon, il place dans la catĂ©gorie “guide spirituel”

  •  anges (il y a mĂȘme une hiĂ©rarchie des anges, c’est pour dire),
  •  animaux totems,
  •  divinitĂ©s,
  • ce que l’on appelle maĂźtres ascensionnĂ©s…

La vie quotidienne

Mais, il ne faut pas oublier que la vie spirituelle n’est pas indĂ©pendante de la vie rĂ©elle, concrĂšte, celle du quotidien.

En ce sens, on va chercher des solutions, dans l’espoir de quelque chose d’extĂ©rieur, comme les priĂšres Ă  une divinitĂ©, une synchronicitĂ©…

Pourtant, si on regarde, on a bien tout lĂ , Ă  notre portĂ©e et au prĂ©sent, dans notre vie “rĂ©elle”.

La synchronicitĂ© c’est l’opportunitĂ© et il y en a partout, il suffit de la voir et de la saisir (dans le double sens de comprendre et attraper).

Les guides Ă©galement, en tant qu’indicateurs, il y en a aussi partout car tout est Ă©nergie, donc tout est message et information. LĂ  encore, il suffit de les voir.

L’Ăąme de nos enfants nous choisit

Comme rien est dĂ» au hasard, la conception, comme l’incarnation non plus.

Il y a dĂ©jĂ  eu beaucoup d’articles sur ce sujet, je ne vais donc pas m’Ă©tendre Ă©normĂ©ment dessus mais, je sais que les sceptiques auront du mal Ă  concevoir que l’on choisit ses parents.

Quand on dit cela, la premiĂšre chose que l’on rĂ©torque c’est souvent, “si c’Ă©tait le cas, je n’aurais pas choisi cette vie, cette famille”…Et notamment, si on a vĂ©cu des choses traumatisantes comme l’abandon, l’inceste, le deuil d’un parent…

Ce jugement moral est normal mais fait avec la conscience de la moralitĂ© et d’un systĂšme qui s’inscrit dans la pensĂ©e positive ou nĂ©gative en dualitĂ©. C4est un jugement intellectuel pensĂ© et raisonnĂ©.

Or, l’Univers ne “pense “pas en bien ou mal, positif ou nĂ©gatif, mais en neutralitĂ© et dans l’amour inconditionnel.

L’amour inconditionnel

L’amour inconditionnel signifie que tout est amour et sans condition (mĂȘme ce que l’on pense comme mal ou souffrant)

Il n’y a pas de bien ou de mal, c’est l’humain qui le perçoit comme bien ou mal.

Ainsi, quand une Ăąme choisit ses parents, ce n’est pas en percevant la souffrance ou le bien ĂȘtre mais l’amour et l’apprentissage que cette expĂ©rimentation va apporter.

Dans la perception Ă©nergĂ©tique, il n’y a pas de diffĂ©rence entre parent biologique ou adoptif, c’est le choix d’une vie de famille et ce qu’elle va apporter grĂące ou Ă  cause des personnes qui la constitue. Et ce sont les interactions, les liens entre toutes ces personnes qui vont donner un rĂ©sultat. Un peu comme une potion alchimique!

Pour faire une mĂ©taphore, c’est un peu comme si l’Ăąme choisissait ses leçons Ă  apprendre en choisissant son contrat d’Ăąme avant la conception.

Est ce que cela veut dire que tout est destinĂ© et que l’on a qu’Ă  subir la vie que notre Ăąme Ă  choisit? Non, car, il y a quelque chose qui vient avec l’incarnation c’est le libre arbitre. Et lĂ  est toute notre puissance. Mais, c’est un autre sujet…

Un choix irraisonné

En conclusion, il ne s’agit pas d’un choix raisonnĂ© et intellectuel mais d’une attirance Ă©nergĂ©tique attractive par rĂ©sonance magnĂ©tique. Le choix ne se fait pas sur des critĂšres intellectuels mais par vibrations qui ressentent quelles interactions de vie et de famille seront les plus propices Ă  faire Ă©voluer l’Ăąme, les opportunitĂ©s d’Ă©volution.

Par exemple, par un deuil Ă  travers la blessure d’abandon, on apprend la sĂ©curitĂ©, l’attachement et l’autonomie.

À travers les Ă©preuves, on apprend Ă  dĂ©velopper le pardon, la gratitude, la sagesse et le sens de la vie, l’amour et la compassion. Ceci est le but de l’Ă©volution de l’Ăąme et la famille choisie nous aide Ă  les dĂ©velopper. Ce choix tient compte aussi des interactions karmiques. Mais, lĂ  encore c’est un autre sujet.

Pour saisir le sens de tout cela, avec plus de prĂ©cision, je t’ invite Ă  faire une guidance des mots pour percevoir tes principes d’incarnation ou lire le livre intitulĂ© les neuf marche de Daniel Meurois et Anne Givaudan, aux Ă©ditions aventure secrĂšte (pour rĂ©compenser mon travail, tu peux passer par la plateforme IGRAAL qui te permettra de rĂ©cupĂ©rer une partie financiĂšre de ton achat sur internet, sur tous tes achats et tous les sites, en cliquant sur la photo)

grossesse spirituelle

 

 

Pour les personnes qui le souhaite, j’ai Ă©crit un article sur la fertilitĂ© et l’Ă©nergie des lunes, sur mon autre blog consacrĂ© Ă  l’infertilitĂ©, ici

Comment nos enfants nous guident au quotidien?

Les enfants, et cela depuis le plus jeune Ăąge, sont des ĂȘtres sensibles et sensitifs. Quand on observe un nourrisson, il est dans la plus grande expression de ces cinq sens. Le fait d’ĂȘtre dans cette pleine expression sensitive, lui permet d’ĂȘtre beaucoup plus “rĂ©ceptif” aux dimensions subtiles que les adultes.

Jusqu’Ă  sept ans environ (rien n’est fixe), les enfants ont le chakra coronal plus ouvert. D’ailleurs, on le voit bien Ă  la naissance que ce chakra est complĂštement ouvert par la fontanelle qui doit progressivement se refermer. Je prĂ©cise que le chakra n’est pas la fontanelle et que mĂȘme aprĂšs la fermeture de la fontanelle (entre 9 mois et 2 ans), le chakra coronal est ouvert chez l’enfant jusqu’Ă  environ 7 ans.

Les jeux, activités ludiques et créatives

Observer les enfants jouer. Leurs jeux sont emplis de messages implicites et de métaphores qui nous donnent des indications.

Comment savoir si c’est son imaginaire ou de vraies informations?

D’abord, est ce vraiment important?

Mais, si vraiment tu veux faire la part des choses, sache que si c’est une “vraie” information, cela sonnera comme une Ă©vidence, un Ă©cho en toi. Du genre “eureka j’ai trouvĂ© “ou “mais oui mais c’est bien sĂ»r”.

Trouver du temps pour jouer avec tes enfants, pas seulement dans cette optique, mais autant allier l’utile Ă  l’agrĂ©able.

Tu peux mĂȘme Ă©mettre une intention avant de commencer le jeu avec ton enfant, d’avoir une rĂ©ponse Ă  ta question, au cours du jeu.

Profite du moment de plaisir et de partage avec ton enfant et reste rĂ©ceptive Ă  ce qu’il te dit,  montre ou exprime.

Les contes et les histoires

De la mĂȘme façon que les jeux, les contes et les histoires sont des supports formidables emplis de messages et d’information de bon sens et de sagesse.

Certainement, ils vĂ©hiculent en eux mĂȘme des informations implicites qui “parlent” Ă  notre inconscient.

Alors, essaye de les utiliser consciemment.

Beaucoup de parents, ont cette tradition du rituel du soir avec leur enfant. C’est un moment formidable.

Laisse ton enfant choisir l’histoire qu’il veut. Lis l’histoire ou raconte lĂ .

Lorsque tu es Ă  nouveau seule, demande toi, qu’est ce que cette histoire, t’apprend sur toi et note le.

À la fin du moi, relis tes notes et perçois le fil conducteur des informations rĂ©coltĂ©es.

Le toucher par les cĂąlins et les massages

Le toucher est un vecteur de diffusion d’amour. On ne compte plus les Ă©tudes qui montrent l’efficacitĂ© du toucher sur les bienfaits du corps et de l’esprit.

Non seulement le toucher permet de poser un geste par une marque d’amour et “l’ancrer” dans le corps, mais cela diffuse Ă©galement l’Ă©nergie qui agit sur l’esprit.

Toucher, caresser, masser ton enfant et le laisser faire de mĂȘme avec toi, instaure un langage non verbal d’amour et bienveillance.

On exprime l’amour, le bien ĂȘtre, le respect, la connaissance de soi et de l’autre et tant d’autres choses Ă  travers le toucher.

DĂ©s le plus jeune Ăąge, comme il n’y a pas besoin de verbalisation, on peut s’adonner Ă  Ă©tablir ce lien de communication par le corps.

Tu peux Ă©mettre l’intention de donner de l’amour et en recevoir, tout comme recevoir une information avant le massage ou le cĂąlin.

Observe les rĂ©actions, les Ă©motions de ton enfant et ressens toi mĂȘme. Les messages passent par le sensitif comme par l’intuition. Ferme les yeux, apprĂ©cie et ressens. Quelle sensation, quelle image as tu vu?

Le chant et la danse

Les enfants chantent beaucoup. D’ailleurs, Ă  la crĂšche, comme en maternelle, on leur apprend les comptines.

Choisissez des chansons ensemble et chantez ensemble.

C’est une bonne pratique pour la respiration, mais Ă©galement pour faire passer, libĂ©rer les Ă©motions, le corps et l’esprit.

Souvent, on choisit des petits bonhommes pour reprĂ©senter les Ă©motions. Tu peux laisser ton enfant choisir une chanson pour la joie, une pour la peur, une pour la tristesse… (j’invite les adultes Ă  faire de mĂȘme c’est trĂšs libĂ©rateur). Observe le rythme de la musique qu’il choisit, les paroles, qu’est ce que cela te dit?

Comme pour les autres supports de ludo-coaching, tu peux Ă©mettre une question et laisser ton enfant choisir une chanson qu’il aimerait Ă©couter maintenant.

AprĂšs votre session chant/danse, observe le message de la chanson. En quoi cela rĂ©pond Ă  ta question, qu’est ce que cela t’apprend?

 

Aussi, demande tout simplement et dialogue avec ton enfant.

Si tu veux avoir une rĂ©ponse, demande tout simplement! C’est ce que l’on conseille pour les guides. Alors, demande tout simplement Ă  ton enfant, qui est ton guide version 4D!

Souvent, le parent n’ose pas demander par peur de paraĂźtre hurluberlu. Ton enfant ne te jugera jamais (tu seras toujours la meilleure maman du monde jusqu’Ă  l’adolescence!)

C’est une habitude Ă  prendre. Tout comme si tu ne lui dis jamais “je t’aime”, commencer Ă  quinze ans c’est compliquĂ©.

Personnellement, je demande Ă  mes filles en passant par le “si tu devais faire ça…tu ferais quoi” ou “si tu savais comment faire ça, tu ferais comment” ou “si tu n’avais pas peur de faire ça …tu ferais quoi”…ou “si tu devais savoir quelque chose lĂ  maintenant, ce serait quoi”

Tu n’as plus qu’Ă  rĂ©colter les rĂ©ponses.

 

En conclusion

J’espĂšre que cet article t’auras plu et qu’il t’auras permis de comprendre qu’avant d’aller chercher des rĂ©ponses extĂ©rieures, regarde ta vie tout simplement.

La vie spirituelle c’est ĂȘtre connectĂ©e tout le temps et partout dans son quotidien, pas que lors d’une mĂ©ditation.

L’environnement est un support comme nos enfants sont nos guides.

Et si tu n’as pas d’enfants, ou que tes enfants sont trop grands, fais appel Ă  ton enfant intĂ©rieur, lui aussi est ton guide.

Les enfants nous guident dans notre vie spirituelle

 

 

 

 

 

À PARTAGER POUR DIFFUSER LA JOIE

2 rĂ©ponses Ă  « Nos enfants sont nos guides đŸ§â€â™€ïžÂ Â»

  1. C’est passionnant!
    AprĂšs avoir lu ton texte j’ai apprĂ©hendĂ© ma soirĂ©e diffĂ©remment avec mon fils. Et je me suis rendue compte de certaines choses qui ont fait Ă©cho en moi, des mots, des idĂ©es, des histoires…
    La vie d’un coup m’apparait comme un terrain de jeu passionnant…
    Merci Rebecca pour tous ces partages formidables. Et qui nous reconnectent Ă  nous-mĂȘmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *